Médine raconte sa collaboration avec Booba sur le morceau « Kyll »

booba medine

Médine raconte sa collaboration avec Booba sur le morceau « Kyll »

Après un teasing intense et synchronisé de deux semaines sur les réseaux sociaux des deux rappeurs, le duo tant attendu entre  Médine et Booba est enfin disponible sur toutes les plateformes. L’occasion était trop belle pour que nous demandions au premier cité de nous relater les origines de cette collaboration majeure dans le paysage du rap français, que vous pouvez découvrir dès maintenant ci-dessus.

Booba Médine. Médine Booba. Deux piliers du rap français réunis sur un seul et unique morceau. De quoi faire saliver bon nombre d’amateurs de rap pendant des semaines, guettant sur les réseaux sociaux le moindre extrait de leur collaboration annoncée. Médine lui-même a semble-t il souhaité cette collaboration depuis toujours, comme il nous le confie : “Ce genre de titre, je l’attends depuis mon adolescence, depuis que j’écoute Lunatic. Dans mon titre “Lecture Aléatoire” je cite Booba et je prouve à quel point l’artiste est essentiel à mon paysage musical, je n’ai jamais caché le fait qu’il m’ait énormément influencé”.

Un rapprochement récent qui est né sur les réseaux sociaux justement, autour d’un sujet majeur de leur vie respective : la paternité. Médine, grand amateur des stories Instagram, s’amuse lors de son voyage en famille au Vietnam en demandant à ses enfants s’ils sont plutôt des “convaincus” ou des “ratpis » : “ils ont répondu en cœur et spontanément “ratpis” ça m’a amusé et j’ai donc partagé sans même mentionner Booba dans la story. C’est arrivé jusqu’à lui et il a réagi à cette story. A partir de là nous avons commencé à échanger et le courant est super bien passé, il y a eu un gros feeling.”

Naturellement, les deux artistes finissent par se rencontrer à Miami et confirment leur bonne entente. “On s’est alors demandé comment concrétiser au mieux ce feeling et très vite l’idée d’un featuring est apparue comme une évidence. A partir de ce moment nous avons passé beaucoup de temps à échanger sur les éventuels thèmes que nous pourrions aborder dans ce morceau, ainsi que l’ambiance que nous voulions donner”. Une première rencontre qui ne déboucha pas sur du concret. Il faudra attendre un second voyage de Médine à Miami pour que le duo prenne forme : “Je suis venu une seconde fois à Miami cette fois avec Proof et Sals’a pour travailler en résidence sur mon futur album. On s’est alors retrouvé en studio avec Booba à écouter des productions sans vraiment écrire, juste faire une sélection d’instrus. La thématique se devait d’être profonde sans être trop complexe, à la fois moderne tout en restant teintée rap français d’où cette instru piano propre au rap hexagonal. Pour autant, nous avons voulu de la modernité en apportant une manière de poser très actuelle et bien sûr en utilisant le vocoder”.

Un peu de Selecto dans un bol de banania
J’n’ai pas rasé ma barbe en mémoire de mes ancêtres
Il paraît qu’les grands peintres ont observé les grands maitres

Le texte, engagé, ainsi que le titre même du morceau évoquent le métissage, les liens qu’entretiennent chacun des deux artistes avec la France et leur identité : “Kylian Mbappé incarne nos métissages respectifs ainsi que toutes ces thématiques qui entourent l’immigration. Il incarne le dépassement de ces frustrations, de ces complexes, c’est une des personnalités les plus aimées aujourd’hui en France. Il incarne une nouvelle façon d’être français, il incarne, à notre image, des personnalités complexes. Ni Booba ni moi n’avons un discours complaisant ou correct et nous avons tous deux un rapport à l’écriture, à la langue française qui est intéressant. Moi ma façon d’être enraciné à ce pays, ce n’est pas l’amour du drapeau, c’est la langue française. Je prends autant de plaisir sur un texte de Verlaine que de Booba”.

A la question de savoir ce que Médine pense des critiques de certains pseudos puristes quant à cette connexion, le MC havrais répond simplement: “Ce sont des craintes légitimes, j’ai moi-même par le passé été souvent rigoureux sur mes soutiens musicaux. Je ne peux pas en vouloir à un public d’émettre des réserves mais par contre ce que je conseil c’est de dépasser ces peurs et de pousser les gens à découvrir ce morceau, d’être des personnes ouvertes qui vibrent à cette grande culture qu’est le rap et de ne pas s’enfermer dans une image figée de nous. Si nous avons tous deux des carrières si longues c’est que nous avons su nous imprégner de ce qui était actuel, des sonorités d’aujourd’hui pour toujours mieux nous réinventer”.  

Reste à savoir si le public du Zénith de Paris le 9 février prochain aura la chance de voir le titre joué sur scène par les deux MCs. Médine semble à ce sujet assez convaincu: “C’est plus que probable que ça se fasse !”. De toute façon, il le dit lui-même dans le morceau : “le 9 février au Zénith ça sera full”.