Mobb Deep – The Infamous

Avril 1995

Mobb Deep

The Infamous

Note :
Putain, 20 ans…Nous sommes en avril 1995, l’une des annĂ©es les plus prolifiques dans l’histoire du Hip-Hop, et Mobb Deep, un duo encore assez mĂ©connu ĂągĂ© d’Ă  peine une vingtaine d’annĂ©es s’apprĂȘte Ă  sortir l’album de lĂ©gende qui va les installer au rang d’icĂŽnes.

The Infamous. Rien que le nom transpire l’underground. L’ambiance sonore, les thĂšmes, et l’authenticitĂ© qui se dĂ©gage des voix d’Havoc et Prodigy, aussi. D’une simple écoute on s’y croirait, lĂ , perdu dans une rue sombre du Queensbridge, dĂ©couvrant de maniĂšre brutale le quotidien et l’Ă©tat d’esprit de jeunes du ghetto dans un New York Ă  feu et Ă  sang.

There’s a war going on outside, no man is safe from
You could run but you can’t hide forever

On hĂ©site entre partir en courant, ou rester bien planquĂ© pour observer ce qui se passe, Ă  la fois terrifiĂ© et fascinĂ©. Le premier track, « The start of your ending », nous plonge d’entrĂ©e dans un univers tĂ©nĂ©breux auquel on reste scotchĂ© durant plus d’une heure. L’ensemble est d’une homogĂ©nĂ©itĂ© rare. Les productions d’Havoc donnent le ton, les apparitions de Nas, Raekwon, Ghostface et Q-Tip s’y fondent Ă  merveille. On ne trouve rien Ă  jeter, mĂȘme pas les freestyles et interludes qui se savourent avec presque autant de plaisir que les hits underground comme « Survival of the fittest ».

Nous sommes avant l’Ă©poque d’Internet, pas encore inondĂ© d’informations et d’images sur les artistes, et les clips sont gĂ©nĂ©ralement trop hardcore pour la diffusion tĂ©lĂ©. En tant que fan, tout ce qu’on a à se mettre sous la dent pour accompagner le disque et alimenter l’imaginaire, c’est une pochette d’album et, Ă  la limite, un exemplaire de The Source achetĂ© en import par le grand frĂšre d’un pote. On essaie alors de tout analyser, leur style, leur attitude, et dĂ©crypter religieusement chaque lyrics, chaque skit, chaque back…

mobb-deep-shook-ones

Une chose est sĂ»re, l’album influence toute la CĂŽte Est (et bien au-delĂ ) qui s’engouffre dans la brĂšche Gangsta Rap. On le mesure aisĂ©ment en constatant le nombre hallucinant de samples rĂ©alisĂ©s Ă  partir de cet album. Rien que pour le titre mythique « Shook Ones Part II », considĂ©rĂ© comme l’un des plus grands morceaux de rap de tous les temps, on compte sur Who Sampled plus de 160 rĂ©fĂ©rences de samples !

Certes, on pourra toujours remettre en cause la crĂ©dibilitĂ© des Mobb Deep, eux qui ont peut-ĂȘtre abusé du registre de gangsters durant la suite de leur carriĂšre. Il n’empĂȘche que The Infamous demeure dans son domaine un classique d’une perfection inĂ©galĂ©e, et qui n’a pas pris une ride 20 ans plus tard.

On a eu envie de tester ce genre de chroniques de grands classiques du rap. Dites nous ce que vous pensez du concept dans les commentaires 😉